ABORTED - The Archaic Abattoir - 2005 ( Listenable )

 

Tracklisting:
01 - Dead Wreckoning
02 - Blood Fixing The Bled
03 - Gestated Rabidity
04 - Hecatomb 02:50
05 - The Gangrenous Epitaph
06 - The Inertia
07 - A Cold Logistic Slaughter
08 - Threading On Vermillion Deception
09 - Voracious Haemoglobinic Syndrome
10 - Descend To Extirpation

8/20

Intrigué par les éloges faites à cet album un peu partout (en France surtout) je me suis dis qu'il y avait peut être un bon truc là à côté duquel il fallait pas passer. Intrigué mais vite déçu, j'ai beau multiplier les écoutes je n'accroche absolument pas. Après deux morceaux, voire trois dans les bons jours, mon attention se porte sur autre chose et le skeud se termine seul, tranquillement dans son coin.

Cet album ne dégage aucun feeling, pas d'ambiance particulière et l'écoute se révèle rapidement pénible. Le groupe enchaîne les riffs, riffs qui n'ont d'ailleurs rien d'extraordinaire, mais ne nous entraîne absolument pas avec lui dans un univers qui se voudrait gore. La voix de Sven, même si ce dernier tente de taper dans plusieurs registres différents, ne dégage rien non plus, cette grosse voix grasse, bête, et parfaitement inexpressive se révèle vite ennuyeuse.
Les transitions entre des plans déjà entendus 1000 fois se révèlent généralement douteuses, voire indigestes, et ne semblent pas avoir bénéficié d'un gros travail, le groupe casse la trame harmonique sans se soucier de faire progresser le morceau dans un sens bien défini ce qui empêche toute immersion de l'auditeur attentif. "Archaic Abatoir" part dans tous les sens et au final on se demande encore sur quel terrain le groupe veut aller jouer, sentant des envies d'aller titiller les fans de death core en quête d'un certain "groove" qu'Aborted tente d'exploiter sur quelques morceaux. Des envies de séduire les amateurs de death metal plus mainstream à grands renforts de solos mélodiques certes bien exécutés mais parfaitement ordinaires, mais aussi désireux de conserver sa fan base en prenant soin de lui offrir des parties brutales peu transcendantes et ô combien conventionnelles. Si vous avez l'esprit tordu vous en déduirez que les Belges tentent de ratisser large. Héhé.
La production est propre bien comme il faut. Puissante, banale, claire, moderne et totalement impersonnelle, elle ne fait que renforcer l'absence de feeling.

Autre point négatif inhérent à toute cette scene "gore metal", le pompage en règle des géniaux Carcass (même si Aborted est loin d'être le pompeur le plus flagrant). Qu'il s'agisse des plans, du style évidemment mais aussi de l'évolution. Tous ces groupes empruntent le même chemin que ces glorieux aînés partant d'un style affreusement chaotique, brutal, sale pour aboutir à quelque chose de plus construit, plus réfléchi dans lequel de gros éléments heavy viennent se glisser. Tout cela est très louable mais c'est oublier que Carcass possédait ce feeling qui heureusement ne se copie pas, on ne peut tout reproduire. Il devient ennuyeux de constater le manque désespérant d'originalité de cette scène ne se reposant que sur le travail des Anglais et ne laissant de ce fait qu'une part trop infime à l'expérimentation. Dans cette optique, l'écoute de ce nouvel Aborted nous confirme que nous sommes loin, très loin, de l'intelligence du modèle et de son talent de composition hors pair.

Bref, un groupe dont on fait un flan (effet Listenable qui semble fonctionner chez beaucoup de confrères..) mais qui ne propose rien d'exceptionnel
Le Aborted 2005 est très moderne, lisse, il propose un album très propre, très professionnel mais aussi une œuvre bien insipide qui plaira assurément aux amateurs de death metal aseptisé. Allez, je retourne écouter "Necroticism.." de qui vous savez qui ne m'a toujours pas lassé après 12 années de bons et loyaux services alors que celui là m'ennuie profondément au bout de 4 jours..