ZENI GEVA - Desire For Agony - 1993( Alternative Tentacles )

Track Listing :

1. Stigma
2.Dead Sun Rising
3. Desire For Agony
4. Heathen Blood
5. Disgraceland
6. Whiteout
7. Love Bite
8. Autopsy Love
9. The Body

--



Catalogué Noise japonais, fourre tout pratique dés que c'est Japonais et que ça sort du lot, mené par KK Null, vocaliste, guitariste, bidouilleur de musiques machinales, ayant collaboré avec Sonic Youth, Mike Patton, Merzbow, les Boredoms, John Zorn etc, Zeni Geva est resté de prime abord presque tout au long de sa carrière dans la lignée de « maximum love and fuck ». A savoir pratiquant un rock/metal lourd, tendance répétitif, en ce sens inspiré par certains coté des débuts des Swans (et donc godflesh...en fait l'inverse pour être exact). Sur cette trame le groupe a pourtant su évoluer, notamment suite à la rencontre avec Steve Albini. Producteur du groupe dés le 2eme album et sur ce Desire For Agony, sa patte se fait sentir et permet à Zeni Geva de complexifier sa musique, puisant dans différents registres, rendant la classification finalement un peu ardue...core bidule ? post machin ? Mouais intense, parfois expérimental, tout en restant simple. Le style s'est enrichi en termes de palette d'expression, tout en restant un véhicule un peu nihiliste à l'instar des illustrations ornant leurs releases et des themes abordés dans les textes, quasi tous en japonais.

Moins dans la déflagration/distorsion, la production de Albini y est sans doute pour quelque chose, ce 3eme album du groupe est donc la continuité logique de Total Castration. Plus diversifié, il garde ces rythmiques répétitives et ces arrangements dissonants à la guitare. Il affectionne les breaks planants, distillant de petites mélodies désenchantées et « dé-mécanisant » les riffs plus lourds. Massif mais subtil à la fois. Plus diversifiée la voix aussi, coté même si cela reste basé sur le même type de cri, le tout en japonais. Après ça reste puissant et à mon avis ce groupe, à la personnalité forte et unique, est à ranger au moins dans la case « injustement méconnu » mais aussi celle d'influence de Neurosis, Isis etc. Le très recommandable album suivant « Freedom Bondage » verra le groupe élargir encore sa palette (je pense à un titre comme « Shi No Umi », rock jazz orientalisant pessimiste) sans perdre de sa gnaque ou ressasser la même soupe.même si il est vrai qu'après toutes ces années et ce style reconnaissable Zeni Geva n'évite pas totalement la redite.