VISCERAL BLEEDING - Transcend into ferocity - 2005

Tracklisting:

7 / 20

C'est lors d'une plongée dans le death fait par des suédois mais ne sonnant pas suédois que j'avais choppé cet album. Plutôt satisfait par le 1er Insision et le mncd de Immersed In blood, le nom de visceral bleeding m'avait été tendrement susurré à l'oreille et lent comme je suis voici enfin la chro de cet album.

Pour le coup en effet rien de suédois là-dedans, pour "poutrer" ça "poutre". Leur death est technique tendance épiletpique. Rien de gore, sans être core non plus, on est pas dans le brodequin ou le disgorge notamment avec les vocaux qui ne sont pas yaourt du tout. Nos amis aux t-shirt neufs impeccablement repassés, aux piercings parfaitement ajustés et aux bonnets bien rivés sur le crane, joue un death brootal aussi propret que leur look. Sous des abords de folie, instillée par des breaks et changements de tempo incessants (et finalement très répètitifs), Visceral Bleeding n'arrive pas à donner autre chose qu'un feeling machinal à ses compositions. Bien qu'ayant la bougeotte, les titres étant tous basés sur la même recette et le même type de break, la monotonie s'installe extrêmement vite. Et ce ne sont malheureusement pas plusieurs écoutes, en quêtes de riffs assassins qui lèveront cette impression. En effet, c'est le corollaire de cette pléthore de riffs : très peu sortent du lot et on se rend vite compte que le groupe est calé sur 4/5 type de riffs et tournent en boucle dessus espérant nous en mettre plein les esgourdes. Bref cet album ne transcende pas la férocité du tout... c'est plutôt le groupe qui devrait transcender son indéniable maitrise technique pour servir du feeling, de la vraie intensité, insuffler un peu de folie à tout ça. Et arrêter d'utiliser cette production stérile.

Les fans de brootal death par contre devraient adorer ce disque extrêmement professionnel, y a pas un truc qui dépasse, c'est carré, pro et respecte la charte du bon disque de brootal death. Le cahier des charges est quasi intégralement rempli, tous les passages obligés sont là (hors slam parts). Par contre datant déjà de 2005 ce disque, par essence, est déjà surpassé par d'autres sorties, plus rapides, plus techniques... et oui dans ce style la compétition est aussi rude qu'en formule 1, chaque année un nouveau modèle fait oublier l'autre.