The Wounded Kings - The Shadow over atlantis - 2010 - ( I hate records)

Tracklisting:
1. The Swirling Mist
2. Baptism of Atlantis
3. Into the Ocean's Abyss
4. The Sons of Belial
5. Deathless Echo
6. Invocation of the Ancients

16/20



Résolument doom traditionnel, The Wounded Kings se distingue de Saint Vitus ou d'un Iron Man en ne recourant aucunement à ce groove bluesy instauré et parfois utilisé par le Black Sabbath sur un titre comme « The Wizard ». Non The Wounded Kings s'en tient plutôt au plus lourd de Black Sabbath, au plus sombre, le ralenti, l'alourdi, jusqu'à évoquer parfois les guitares pachydermiques d'un Evoken sur ce release globalement plus épais au niveau du son que « embrace of the narrow house ». Si l'effet est réussi certains pourraient regretter l'aspect plus brut et vintage du 1er release, moins produit, plus organique, dont la quintessence est atteinte sur l'intro d'un titre comme « Embrace of the narrow house »...bref un son contribuant à appeler une certaine mélancolie...un son « résigné » plus en ligne avec le trad doom...sans que le tout sonne cliché.

Attention, tout aussi épaisses que soient les guitares, le groove typiquement languissant du doom n'est pas absent, on ne parle pas de death ou de funeral doom mais la pesanteur du son de guitare de ce release ferait pâlir certains groupes de sludge. TWK ne renie pas un certain psychédélisme planant...instillé notamment par une voix trad doom tombée dans le corps d'un prêcheur, dans la droite lignée du premier release et des chorus de grattes sobres, forcement, mais généralement d'une grande justesse (certains chorus un peu longuets quand même). La voix très agréable, donne dans la langueur typiquement trad doom sans nous la jouer Reverend Bizarre non plus. Quelques notes de clavier et larsen en guise de liant afin de fermer toutes les issues possibles. Bref il y a du Sabbath, un peu de Electric Wizard, une chouille de "Epicus Doomicus Metallicus" de Candlemass, ça me rappelle aussi pas mal le premier Cathedral et la lourdeur noir d'un Evoken...le tout maitrisé avec fluidité au service d'une ambiance...d'une substance.

Loin de moi l'idée de regretter le très bon premier release, car finalement « the shadow... » s'avère aussi bon mais se paie le luxe d'être un peu différent de par un coté plus mortuaire...incantatoire...dés les premières notes j'ai été conquis tant j'aime ces grattes lourdes et ces riffs lents à se décrocher la mâchoire...façon premier album de Cathedral (qui a été un choc pour moi à sa sortie)...puissant...et prenant.