THE MOON LAY HIDDEN BENEATH A CLOUD - The Smell of Blood But Victory - 1997 ( Arthur Round Table )

 

17/20

Le voilà : mon album préféré du groupe. Tranchant radicalement avec l’ambiance médiévale, le groupe a évolué dans les périodes abordées et donc forcement dans leur son. S’extrayant du carcan médiéval, TMLHBAC a maintenant ses propres ambiances et pose un style encore plus unique. Bénéficiant des expériences plutôt réussies de « Were You Of Silver, Were You Of Gold », « Kostnice », « Yndalongg » et dans un autre style « A Night In Fear » (avec Deutsch Nepal très présent dans la composition) , TMLHBAC est très à l’aise dans les ambiances martiale et les thèmes ravageurs. Certains titres sont tout simplement des tueries qui ne sortiront jamais de ma tête. Le groupe a plus de maîtrise et Alzbeth est impériale…l’efficacité est de mise comme sur le titre 6 : une grosse rythmique martiale plombe ce titre rehaussé de cuivres wagnériens et des invectives de Alzbeth. La palette couverte n’en reste pas moins toujours aussi large avec des titres plus éthérés, voir vaporeux (!), comme le 8 ou le 11 et des instrumentaux assez agréable (avec notamment un sample entraînant de folklore Russe, et un a cappella excellent de Alzbeth sur la plage 12). A la manière de la plage 17 de Amara Tanta Tyri, on retrouve un titre (14) « déchirant » porté par la voix d’Alzbeth sur une orchestration sobre mais excellente de Albin Julius. A noter, héritage de « Were You Of Silver, Were You Of Gold », avec l’utilisation de plusieurs langues parfois en simultanées. Cet album est incontournable tout simplement et permet au groupe de finir en apothéose !

Si c’est Albin Julius qui était le plus attiré par les thématiques et sonorités martial/néo-classique et Alzbeth par le mysticisme moyenâgeux, c’est sur cet album qu’elle déclare avoir eu le plus le champ libre. Cela prouve l’étendu de la palette de feeling qu’elle peut exprimer. Au final, c’est l’album du groupe que je recommande le plus, car il a ces titres ultra efficaces qui vous permettront de voir si vous aimerez ou non TMLHBAC et qu’il est, comme tout les albums de groupe, assez varié dans les ambiances.

Le duo s’est ensuite séparé et brouillé à mort, permettant à tous les wannabes de gloser sur qui a fait quoi, qui a tué le groupe pour de l’argent et autre bruit de couloir de collégien voulant rentrer dans la cour des grands. Je n’ai aucune idée de ce que fait la pas très bavarde ni sympathique Alzbeth maintenant. Albin, lui a fondé Der Blutharsch, groupe controversé (et en jouant beaucoup) et beaucoup trop productif. Dans la veine martiale, ce groupe n’arrive pas à la cheville de TMLHBAC et sa productivité donne lieu a des releases de qualités très très inégales (pour moi seul Track Of The Hunted vaut la peine et quelques autres titres) à tel point qu’on se demande quelle est la motivation de Albin…gageons que ses cheveux de plus en plus courts et ses petites tenues de soldats sur scène ne procure plus à son cerveau une protection suffisante contre le froid Autrichien et autres idées stupides dans l’air du temps. C’est malheureusement un point commun à toute cette scène, une diarrhée de releases plus ou moins limités qui sentent plus l’arnaque qu’autre chose je pense. Enfin, fan de Moby monsieur lorgne de plus en plus vers les titres faciles et me convainc de moins en moins sauf pour me payer une bonne marade…mais bon de toute façon je n’ai jamais été fan…qu’il ait existé ou non Der Blutharsch n’aurait rien changé à la face de la musique. Notez qu’il est pas mal apparu en compagnie de Death In June à un moment (pour 2 bons albums d’ailleurs) et dirige un label (Hau Ruck) sur lequel se trouve un autre duo autrichien assez unique mais dont il faut savoir trier la prod: Novy Svet.