Skepticism - Alloy - 2008 (Redstream)

Tracklisting:
1. The Arrival
2. March October
3. Antimony
4. The Curtain
5. Pendulum
6. Oars In The Dusk

13/20

N'ayant pas suivi l'intégralité de la carrière des finlandais je ne peux pas dire que j'attendais cet album avec une énorme impatience, mais ayant de bons souvenirs de l'assez culte Stormcrowfleet (1995) j'attendais un autre bon album de doom contemplatif et profond (j'évite volontairement le terme de 'funeral' qui ne colle pas vraiment au concept du groupe). C'est donc avec surprise - et une petite déception - que j'ai constaté qu' Alloy voit le groupe quitter son terrain de prédilection pour s'aventurer dans des contrées plus métalliques (alloy signifiant alliage, j'aurais du m'en douter...), allant jusqu'à flirter avec le doom death d'il y a 15-20 ans (la période de leurs débuts). Peut être cette sensation est-elle due à la voix beaucoup plus présente et typée death qu'avant (moins murmuré, plus puissant tout en restant bien grave), ou bien à ces riffs qui se terminent souvent en harmonies à deux guitares, ou encore à cette production très claire comparée aux précédents efforts du groupe... qu'on se rassure, ce n'est pas demain la veille que Skepticism ira concurrencer Arch Enemy sur son terrain, le groupe conserve sa profondeur, sa signature sonore et ce son/jeu de batterie caractéristique. C'est juste que l'aspect contemplatif de leur musique, que je percevais encore sur le plus récent Process of Farmakon (2002) (quoique déjà un peu plus expérimental) a laissé place a une espèce de sentiment de triomphe, vaguement grandiloquent avec cette voix plus assurée et ces riffs/mélodies solennels. Une sorte de power doom à la finnoise, le tout agrémenté d'un orgue (apu de synthé on dirait) assez déjanté, qui apporte une touche de bizarrerie vaguement malsaine dans les compos. En bref ce n'est pas un mauvais album, qui tombe dans le mercantilisme, l'auto parodie, l'auto plagiat ou autre tare congénitale. Skepticism est un groupe digne de respect qui suit sa propre voie sans se répéter, c'est juste que l'ambiance différente qui émane de ces compos ne m'attire pas vraiment, car objectivement ce skeud apporte son lot de trouvailles et permet au groupe de se renouveler après des années consacrées à un style relativement rigide et monolithique, bien qu'ils avaient déjà pris des petites libertés avec. A tenter donc pour les curieux et les doomeux blasés, d'où la note "sympa".