Serpent Noir - Sanguis XI - 2010

Sorte de side project de la tête pensante de Embrace Of Thorns/Necrovorous avec Michayah de Ofermod à la batterie, ce groupe grec officie (forcément) dans un black, légèrement teinté de death, à connotation très fortement occulte (Ketola est de la partie au logo).

Si le tout est cataloguable black metal, n'en reste pas moins que du fait du son et du tuning (et des riffs souvent), la musique a une épaisseur death metal de bon aloi et n’écorche pas les oreilles. Bref le coté raw vient bien de la zique et pas d’une prod façon poste de radio moisie. Passé une intro, on goute de suite à un riff typique et surtout à la voix morbide, grave et possédée du vocaliste, un des plus de cet ep. « Midnigth conjuration » pose le ton : simple mais efficace. Le riffing est plutôt mid tempo, et si on enlève l’épaisseur et le jeu de batterie, on y trouve des connotations Hellhammer/Celtic Frost, avec un nappage glacial. Une touche de clavier apporte un coté atmo à « Invocation Of Sorath ». Blastant rarement, quand c’est le cas le gras l’emporte, Serpent Noir se paie un petit titre ambiant en 2 parties. Ce « ritualis draconis » est assez space. Comment dire ? Un drone mantrique, des cymbales, des voix lointaines, une basse, puis un beat de grosse caisse rappelant de la trance, des grattes quasi son clair, des reminescences cold wave/80’s, une voix un peu possédée par-dessus, bien vue. Une fois le dernier titre, plus rapide et entrecoupé d’un break atmo acoustique, passé, on prend la mesure d’un release assez complet tout en étant compact, et portant sa petite ambiance.

Bref à l’ouest rien de nouveau, évidement embourbé dans des codes, notamment ceux de cette petite vague occulte/magique, Serpent Noir apporte une aura à sa musique.