NUCLEARHAMMER - Obliteration ritual - 2009 ( Morbid moon)

Vous avez probablement noté ma faiblesse pour ce que le chaland qualifie de war metal. Je ne prendrai pas la peine d’élaborer sur le bien fondé de ce terme et laisserai gloser ceux qui ont définitivement trop de temps libre dans la vie pour philosopher sur les étiquettes. Disons que ça permet de poser le décor…
En provenance du Canada, mère patrie du style (pour la faire rapide), NH ne révolutionne pas le genre. Evidemment « fallen angel of doom » viendra à l’esprit sur certains refrains (voir titres come « whirlwinds of toxic perdition ») et plus généralement pour cette façon crue de délivrer la musique. En ça ils sont aidés par un son crade, les basses saturent un peu, les grattes écorchent ce qu’il faut, la voix est parfois reverbée… bref… si l’ouverture est prometteuse, un « Witchfuck » trop facile vient de suite doucher mes ardeurs.

Si le style est brutal et bas de plafond, on ne retrouve pas la folie meurtrière d’un Conqueror/Revenge, et cette maitrise du passage lent qu’a su développer Revenge. Rien non plus de la capacité de Diocletian à créer la tension et rendre la violence tangible. Rien de ce biais qu’avait Bestial Warlust à être catchy (ou réellement psychopathe sur leur 1er album). Sans douter de la motivation des gus, ils arrivent à invoquer un truc de temps en temps, l’esprit de mort ne prend pas assez pour me pousser à vous conseiller l’écoute de ce release. En même temps ce n’est pas non plus complément inintéressant et NH pose parfois une ambiance comme sur l’interlude « the ancient one » ou « dementia ». Pour autant c’est l’ennui qui s’installe devant un style éprouvé et trop statique. Quand ils se la font plus death sur un « sacramental.. » ou « serpent lord » c’est juste chiant après 30 secondes…pas de chances car ils vont jouer 100 fois le même riff d’affilée… ça çà un coté Von vous me direz mais là… Pffff. Du coup après un « prologue to murder » éprouvant, suivant lui même 2 titres chiants, le clin d’œil à Blasphemy sur « whirlwinds » est bienvenu.

Comment expliquer… disons que NH n’arrive pas à sortir des conventions et de l’atmosphère standard du style (Witchfuck ou Slavestate étant de bons exemples)...Voir s'embourbe lourdement dedans. C’est dommage car les capacités sont parfois là...

Après, c’est peut être ce coté non fini, monotone et ultime qui fera la valeur du groupe aux yeux des plus fanatiques. De mon coté je trouve que ces 40 minutes aurait pu être condenser en 15 bien plus ultimes et marquantes. Les non amateurs du style qualifieront sans doute celui ci de bouse. Force est d'avouer que je neme battrais pas pour tenter de leur donner tort parce que bon...bof bof bof