MONARCH - Sabbat Noir - 2010 ( Heathen Skulls )

Track Listing :

1. Sabbat Noir

--

Actif depuis un bout de temps, Monarch a marqué et marque toujours son petit monde de par un doom sans concession...ultra lent...et ultra lourd. Chantre de la lenteur, différent du drone déployé par Earth sur Earth 2, Monarch affectionne les murs de sons et, de là, basse et batterie sont indispensables pour plaquer ses gros accords qui résonneront longtemps. Bref contrairement à un Sunn o))) qui cherche le ronflement tantrique façon didgeridoo, Monarch aime la claque du gros plaquage d'accord Swanesque...genre amour du mur de son, beauté du larsen, travail de l'infrabasse. Le tout sur un ou deux très longs titres par albums.

Que dire de ce Sabbat Noir ? Une écoute rapide des releases du groupe laisserait penser à une répétition. Et là, je m'insurge (ça sonne con hein ?...bon j'ai bu...j'avoue). Si on écoute attentivement la disco du groupe (je fais le mariole là, c'est pas évident), le groupe a en effet changé (non, sans déconner je vous jure, je ne joue pas que sur les mots). En réécoutant leur premier opus, l'influence sludgy Corrupted-ienne était plus présente, et le style, bien puissant, s'avérait plus « urbain » que celui pratiqué aujourd'hui. Ceci étant peut être expliqué par les amours power violence de certains membres du groupe avant l'incarnation de Monarch suite à la découverte du sludge. Bref, plus axé riff que resonnance, plus porté sur larsen et feedback intempestif, Monarch a évolué vers un style moins "dirty", plus rituel. On notera au fil des releases, un son devenant plus rond, un style s'épurant un peu voir ralentissant (c'est fort ça), et sur ce « Sabbat Noir », la faute à l'arrivée de Mc Mannus (grey daturas), une batterie chouille plus active (du moins au début, et comparé aux récents releases). Batterie plus active sans pour autant renouer avec le style du premier LP. A noter aussi la confirmation de la fin des presque textes déclamés d'une voix écorchée façon crust à la sauce doom par la vocaliste (point de comparaison: les hurlements sur le 2eme tire du 1er ep de Earth). Monarch a définitivement évolué vers un mélange de voix fantomatiques et de cris, le tout noyé dans la reverb. De ce coté là plus de diversité qu'au début du groupe.

Devenant plus rituel et incantatoire, Monarch a gentiment fait évoluer son style, le rendant plus pur et tourné vers le son, l'accord pur. Sabbat Noir me plonge dans une torpeur agréable mais je dois reconnaitre que ce n'est pas un disque dérangeant ou flippant même s'il dégage quelque chose. Et en ce sens, le premier album ou alors le titre du split avec Elysisum m'avaient plus impacté (vraiment pas mal même, de grosses claques bien lourdes et telluriques dans la gueule) et restent pour moi ce que je recommanderais d'abord et chaudement chez Monarch. Viendrait ensuite "Die Tonigth", bon entre deux. "Mer Morte" quant à lui m'a tout simplement ennuyé...allez savoir pourquoi ! Les vocaux, par ailleurs basés sur une bonne idée, sont à mon gout trop lisses, les chours fantomatiques ne sont pas assez flippant (façon Aghast) et les cris pas assez psychotiques (façon "die tonight" de Monarch)...la forme sans le fond quoi ! On remarquera vers les 2/3 de ce Sabbat Noir ce riff doomy triste donnant un coté bucolique/mélancolique à l'écoulement du temps...cela laisse peut être augurer quelque chose pour l'avenir...qui sait ? En tout cas si évolution il y avait, elle serait probablement, comme celle qui a lieu depuis 2005, aussi lente que la musique du groupe, on ne se refait pas ! toujours est-il que ce riff est un point de repere, ce qui change un peu. En effet, les morceaux de Monarch sont plutôt des trucs ou on se perd par manque de repere. Enfin, à noter que Monarch a son petit truc à part...

Incantatoire, la musique de Monarch mérite un détour, je vous ai donné mes points d'entrée, mais je comprendrais ceux qui disent être profondément ennuyé. Les amoureux de la pureté de l'accord massif, de la résonnance pachydermique et pesante se prosterneront devant Monarch !