Mercyless - abjects offering - 1992 (Vinyl Solutions)

Tracklisting:
1. Abject offerings
2. A message for all those who died
3. substance of purity
4. Flesh divine
5. Without Christ
6. Unformed tumours
7. Burned at the stake
8. selected resurrection

14/20

1992, un peu tard, colin richardson à la prod, pourquoi pas, une voix proche de John Tardy, un death teinté floridien..les éléments, sans être contre Mercyless, n'était pas vraiment pour en cette année de saturation death metal. Ce 1er album est pourtant de qualité, très mature dans les compositions, variées et pensées. Violent sans être dans la course au brutal, Mercyless privilégie les ambiances et utilise à bon escient un soliste pour apporter une touche de mélodie (pas swedifiante) à ses compos finalement assez variées. Avec Colin Richardson aux manettes, Mercyless se paie une prod certes un peu typique d'une époque mais puissante. Des guitares « amples », réminiscentes du son de bolt thrower sur certaines parties lentes. Clarté des instruments, en dehors de la basse c'est un classique, permettant de gouter à un bon travail aux guitares (riffs doublés, harmonisés etc) de Stéphane Viard, notamment coté soli. Soli en général toujours justifiés : peu de plan passe plat genre « tiens un riff ballot, fais un beau solo » comme ce fut un peu plus le cas sur l'album suivant « coloured funeral ». Sans être technique a proprement parlé, l'album pourrait plaire aux fans de « testimony of the ancient ».

Les compositions sont toutes solides, chacune avec au moins son bon plan. Pour autant, sans sonner froid, cet album, et encore plus le suivant, n'est pas mémorable. Si l'on écoute certes avec intérêt, on ne retient pas forcement tout. Un « flesh divine » n'est pas sauvé de l'ennui par le super plan annonçant le solo, idem pour « without christ ». Il faut bien un super « unformed tumours » (la 6) ou un génial « burned at the stake » (la 7) qui reste un de mes titres de death metal préféré.

Certes l'album n'a rien révolutionné et peux être considéré comme un album de death de plus mais, pour être clair pour moi Mercyless a tapé assez fort avec ce 1er release structuré et violent, qui résiste assez bien au temps. L'album suivant persiste dans la même voix, avec un son plus brut mais la sauce n'a pas prise pour moi, je trouve en effet qu'il ne reste de « abject offering » que le coté pro mais sans l'âme. Les curieux devraient essayer et éviter les albums « cold » et « sure to be pure » archétype du plantage d'un groupe de death qui s'essayait à « l'expérimentation » (le core metal je sais pas quoi à dire vrai) pendant la chute libre du death metal au milieu des 90's.