MELEKTAUS - Transcendence through ethereal scourge - 2005 (Grotesque productions)

Tracklisting:
1. The Rebellion Against The False God
2. Trascendence Through Ethereal Scourge
3. The Flame Of Knowledge
4. Kakophonic Whispers
5. Adoration To The Most High Powers
6. The Primal Void Of Nothingness
7. Ecstasy In Heru-ra-ha
8. Upon The Flames
9. Regression To The Primary State

13/20

Dans la foulée de la review du dernier album des chiliens Thornafire, issu de cendres de Dominus Xul, voici Melektaus, constitué du gros de Dominus Xul, un groupe très influencé par les 3 premiers Incantation (et bon dans cette veine).

Le death metal de Melektaus s'avere tout de suite plus blastant, et moins diversifié, que celui de Thornafire. La batterie est souvent coincée sur la case blast avec un son qui me rappelle pour la caisse claire certain groupe de grind... un léger coté horripilant qui demande un temps d'adaptation. Les riffs de Melektaus sont donc véloces mais pas brutal death du tout, on retrouve de la musicalité et aussi ce coté occulte que Morbid Angel a su un temps manié en maitre (après l'avoir crée !). On pense ponctuellement à Nile sur certains riffs lents en tremolo. L'ingestion de tout l'album est un peu difficile, un peu comme chez Drawn and Quartered, autre groupe non brootal, voir old school mais blastant un peu trop pour son propre bien ! Souvent ça passe, quand c'est sur ces riffs lourds à la Incantation, parfois cela fait tout simplement ressortir des riffs plus quelconques. On regrettera un peu le manque de variation coté vocal, on oscille entre du guttural, sans etre ridicule comme du brutal death, et du Tucker.

Les influences Incantation très présentes chez Dominus Xul ne se font pas oublier sur certaines parties lourdes ou des riffs simples mais bien mémorisables (sur « Kakophonic Whispers » par exemple). J'ai beau dire que Melektaus blaste, le groupe sait poser des titres variés et des tempos plus lourds et j'apprécie vraiment beaucoup la 1ere partie et la fin de l'album, brutale et sombre avec quelques solis amplifiant l'effet de la chose. Melektaus ne sonne pas non plus comme un rip-off et arrive à construire des titres fluides faisant sens.

A l'instar d'un Sanctifier, Melektaus est brutal mais via, des dissonances rappelant le Morbid Angel des moments tordu d'un Covenant ou les lentes mélodies d'un Domination, a un touche sombre et occulte. Bref, moins excitant sur le papier que Thornafire, Melektaus rattrape un manque d'originalité et des influences parfois trop marqués par un Morbid Angel, par l'esprit qui plane sur l'album.

Melektaus délivre ne sorte de brutal death occulte qui ne renie pas le death metal ancien d'un Incantation. Recommandable mais introuvable tant que Grotesque ne réédite pas l'album, ça fait un an qu'il disent qu'ils vont le faire... on finit par ne plus y croire ! Coté note, les influences pré-citées trop présentes m'oblige à une certaine impartialité meme si j'apprécie ce solide disque de death metal.