MY DYING BRIDE - Trinity - 1995 ( Peaceville )

Tracklisting

1 Symphonaire infernus et spera empyrium
2 God is alone
3 De Sade soliloquay
4 The thrash of naked limbs
5 Le cerf malade
6 Gather me up forever
7 I am the bloody earth
8 The sexuality of bereavement
9 Crown of sympathy (remix)

13/20

A ceux qui veulent pouvoir mettre chaque groupe à sa place, idéalement sans en faire ni trop ni trop peu, le cas My Dying Bride pose un problème. Cette vieille gloire de ce qu'on pourrait appeler le "Doom mélodique britannique" (puisqu'il paraît qu'il faut absolument toujours citer MDB, Paradise lost et Anathema ensemble, et ce même lorsqu'on a l'intention de ne parler que de l'un des trois) a pondu un certain nombre d'albums studio. Je ne sais plus à combien d'albums ils en sont, sans compter les compiles, live, et les divers enregistrements comme ceux regroupés sur ce "Trinity" qui a attendu 1995 pour sortir. Mais ce n'est pas important puisque, de toute façon, les fondamentaux du MDB première époque se trouvent sur "As the flowers wither" et sur "Turn lose the swans", alors que ceux du MDB "allégé" se trouvent sur "The angel and the dark river" et sur "Like gods of the sun". Quant à "34,788%... complete", il fait office de curiosité que ce soit pour le meilleur ou pour le pire (si vous voulez mon avis c'est plutôt pour le meilleur), vu qu'un retournement de veste l'a suivi. Le problème posé par MDB est simple. D'un côté, si on affirme que ce groupe est l'un des plus importants de la scène, on risque alors d'occulter le fait que deux albums bien choisis sont largement suffisants pour cerner la musique du groupe, et que de plus, leurs chansons ne sont pas toutes des chefs d'oeuvre. D'un autre côté, si on remet mécaniquement MDB à sa place, à savoir si on met en avant les défauts de sa musique, on risque d'occulter l'unicité de son style, unicité qui ne fait aucun doute vu que les groupes qu'on a présentés comme leurs "voisins" ne lui ressemblent pas tant que cela en réalité. Au hasard: Anathema, Paradise lost -- quoi, je les ai cités mécaniquement plus haut, fallait bien qu'ils reviennent à un moment non? --, Mourning Beloveth, Paramaecium et je crois que c'est à peu près tout, à moins qu'on ajoute à la série tout un tas de formations atmogogoth gluantes.

Alors oui le style de MDB est bel et bien le fruit d'une démarche archi-personnelle, réfléchie et pas du tout au ras des pâquerettes, ce que suggèrent par ailleurs la plupart de leurs artworks, pas toujours de bon goût mais propres à susciter à nouveau le même intérêt à chaque fois qu'on les voit. Pour la musique c'est un peu la même chose. Les titres de Trinity le confirment, l'artwork moins car c'est loin d'être leur plus réussi. Pour ce qui est du doom, MDB enchaîne des riffs gris et amères, évite à la guitare autant la mélodie que l'agression, et compte sur la répétition, la voix, le violon et les paroles pour dégader une espèce de poésie malade, aussi sexy que horrifique, qu'aucun autre groupe n'a pu approcher à ma connaissance. Pour ce qui est du death, MDB enchaîne des riffs gris et amères, évite à la guitare autant la mélodie que l'agression, et compte sur la répétition, la voix, l'absence de violon et les paroles pour dégager euh... pour dégager quoi au juste? En fait je trouve que, autant le groupe a su créer quelque chose de réellement pertinent dans les moments où il a ralenti le tempo, autant quand il accélère c'est quelconque. Une sorte de death monolithique sans grande tenue et sans grand intérêt à mon humble avis. Le feeling général est toujours présent en arrière fond dans ces passages mais je finis toujours par regarder ma montre. C'est d'autant plus dommage que, quand MDB fait ce qu'il sait le mieux faire, il appartient au contraire à la catégorie très enviée des groupes de doom qui peuvent enregistrer un titre dépassant les dix minutes sans être chiant (par exemple la dernière piste de Trinity). Mais soyons honnête: Trinity a pas mal d'intérêt, les passages death peu inspirés ne sont pas trop envahissants et pas si mauvais, et la créativité a une fraîcheur et une force qu'on n'est pas sûr de retrouver sur toutes leurs productions...

PS: oh purée! J'allais presque oublier une remarque destinée aux amateurs de MDB qui prennent Aaron Stainthorpe pour un vocaliste exceptionnel! Alors, et d'une: la voix death n'a absolument rien de particulier et à vrai dire je la trouve même assez désagréable. Et de deux: la voix claire est limitée au possible, et, bien que Aaron a un timbre dont on se souvient, il aurait du mal à assurer si son groupe jouait n'importe quel autre style.