Infernäl Mäjesty - None shall defy - 1987 (Road runner)

Tracklisting:
1. Overlord
2.R.I.P. (instrumental)
3.Night of the Living Dead
4. S.O.S.
5.None Shall Defy
6. Skeletons in the Closet
7.Anthology of Death
8.Path of the Psycho (instrumental)

15/20

Equipé d'un superbe look digne du glam le plus permanenté et d'un batteur super grande gueule (« nous allons prendre la place de Slayer »), Infernal Majesty avait marqué les esprits avec ce premier album plein de maitrise dans un style thrash sombre et très légèrement death...mais pas brutal.

Visiblement la rancoeur est de mise vis à vis du dit batteur qui aurait, au passage et sans en avertir les autres membres du groupe, expliqué à Roadrunner qu'Infernal Majesty refusaient de tourner et préférait faire un second album... ce qui n'a pas aidé le groupe. La cover assez naze de cet album serait aussi son idée... tout comme le look glam (mais ça quand on laisse quelqu'un réfléchir à des choses comme ça (« les gars on se sape comment sur les photos ? » )...ça finit forcement mal... bref

Signé, sans même présenter une démo, par Roadrunner, dieu ait leur âme, les canadiens ont pondu là un solide album de thrash, sorte de chainon manquant, si le besoin était, entre « Hell Awaits » et « Seven Gates » (mais 2 ans après ces 2 albums cultes !). Pas super porté sur les tempos rapides, Infernal Majesty préfère poser une certaine ambiance et développer ses compositions, plutôt longues. Si très régulièrement de bons plans/riffs sont déployés, l'album reste quand même inégal et pas autant dans l'intensité qu'un « Reign In Blood » ou la sauvagerie d'un « Seven Gates » loin de là.

La production, propre, met évidement l'accent sur les guitares, assez en verve et sur la voix, avec reverb of course, rappelant dans la livraison des lignes vocales le Araya de Hell Awaits (cf début de « none shall defy » pour un exemple frappant) et sporadiquement Possessed. Paradoxalement, c'est le batteur, rappelez-vous, la grande gueule, qui assure le moins, non qu'il soit mauvais loin de là, il joue beaucoup dans l'impression de maitrise qui se dégage de ce premier album, mais sur qu'un Dave Lombardo aurait apporté une autre dimension à cet album. Peut être un peu plus de folie. De même plus de parties speed, à l'instar de « skeletons on the closet », « SOS » (avec proto blast) ou « anthology of death », auraient apportées la dimension brutale manquant quant même pas mal à cet album, dimension qui aurait pu en faire une pièce maitresse. « Hell awaits » vient à l'esprit tant certaines parties lentes de Infernal Majesty délivre le même type de feeling.

Tombé dans l'oubli, démotivé par le départ de la section rythmique il aura fallu attendre 1998 avant de voir un nouvel album arriver, motivé par la réédition de « None Shall Defy » par Displeased en 1996. Un 3eme album en 2004... un nouveaux vocaliste... un ep plus orienté death metal (le chant et le batteur) pas transcendant voir chiant... mais j'avoue ne rien avoir suivi depuis la découverte de ce « None Shall Defy ».

Bref si votre truc n'est pas le revival thrash teuton/sud américain à la Terrorama/Hellish Crossfire, que vous n'avez cure du revival thrash US (avec exhumation d'Ed Repka aux covers !), tentez donc ce « None Shall Defy » bien pensé, dans une lignée « Hell Awaits » et plus marginalement « Seven Gates ». Ce disque a eu son importance à l'époque dans le passage de la suprématie du thrash vers le death, qui s'est passé assez rapidement. Vu d'aujourd'hui, ce disque apparaitra évidement comme faisant partie d'un continuum et les mots cultes et novateurs seront jugés, à juste titre, comme trop fort notamment de part un manque de brutalité évident face à d'autres. N'oublions non plus pas que « Seven Gates » était sortie 2 ans avant, de même pour « Hell awaits ». De là et contrairement à ce que certains disent, Infernal Majesty n'est au mieux qu'un éleve talentueux mais pas un novateur.

N'en reste pas moins que « none shall defy » est un album très solide, bien pensé et exécuté, dans un style de thrash satanique lourd pas si fréquent que cela. Après il est vrai que le Canada a l'habitude de livrer des combos plus originaux que cela. Du bon thrash... c'est bien le principal...