Incubus - Beyond the unknown - 1990 (Nuclear blast)

Tracklisting:
1.Certain Accuracy
2. The Deceived Ones
3. Curse of the Damned Cities
4. Beyond the Unknown
5. Freezing Torment
6. Massacre of the Unborn
7. On the Burial Ground
8. Mortify

16/20

Combo considéré seconde zone et injustement tombé dans l'oubli, Incubus est ressorti de mon vieux sac de cassette depuis quelques mois grâce à un autre webzine...

Déjà auteur d'un album remarqué de thrash teinté de death, Incubus a porté un coup dur à pas mal de la concurrence (sadus, exhorder, sepultura !!! etc) malgré un album encore une chouille trop timide et au chant trop catalogué. Guitare et chant ont d'ailleurs été réenregistrés plus tard dans la lignée de ce « beyond the unknown » ce qui n'a pas fait de mal à ce « Serpent temptation ». Incubus a réussi dans la brutalité là où des Recipients Of Death avaient échoué en ne se démarquant pas assez de Slayer et Dark Angel dans le délire fou « darkness descends/reign in blood ». Il semble qu'Incubus ait aussi mis à profit les 2 ans qui sépare les 2 releases pour prendre une coloration encore plus death floridien, virer son bassiste/vocaliste pour donner le micro à son gratteux énervé, rappelant à la marge le Chuck de « spiritual healing », sortie la même année tiens, mais en moins criard. On ajoute une exécution encore plus carré... et c'est parti pour un petit pavé.

Je dirais que ce truc, sorti la même année que « Spiritual Healing » enfonce Death presque sur son terrain... puisqu' étant moins death que Death, Incubus est bien plus brutal et véloce dans l'exécution. De plus Death s'était payé Scott la burne à la prod là ou Tom Morris, du même studio, s'en sort bien mieux sur cet Incubus (et sur d'autres). Enfin Death se trimballait ce vieux batteur pourri qu'est Bill Andrews, tout juste bon à animer une fanfare militaire... Mais arrêtons la fixette sur Death car Incubus mange aussi sur le terrain de death/thrasher comme Sepultura... enfin pour être exact il les bouffe je dirais.

Extrêmement brutale et acérée, la musique d'Incubus a gardé du thrash cette propension au refrain mémorable (qu'on retrouve sur spiritual healing par exemple). Headbanging assuré au long de cet enchainement de riffs, qui reconnaissons le se fait parfois au détriment d'un vrai song writing. Certes les amateurs de brutalité se tournaient déjà à l'époque vers le blast beat mais le père Moyses avait de l'énergie à revendre, la double et les toms s'en souviennent encore. Les soli de malade contribuent clairement au coté brutal.

On pourra reprocher un coté bulldozer à la reign in blood, pourquoi pas mais cette orgie de riffs est joussive. Peut être que plus de passages heavy n'aurait pas nuit à ce release somme toute linéaire mais relativement fluide. Bref à ranger avec le second Demolition Hammer... soit une tuerie, à la prod encore d'actualité...

En tout cas je n'ai jamais saisi pourquoi ça n'avait jamais mieux marché pour ce groupe et quand je vois des sous merdes à la Malevolent Creation qui ont mieux fonctionné je ne saisis pas. Les lyrics un peu life metal/white metal peut être ? Le fait qu'ils venaient du Brésil et dans un style proche de Sepultura (beneath the remains) ? Ou alors ce style trop death pour les thrashers et trop thrash pour les deathsters, possible... à moins que cela ne soit du au gros trou qui a suivi cet album, presque un split... surement... Qui sait ? Un changement de nom plus tard il a fallu attendre 2000 pour un album d'Opprobrium sans aucun rapport coté qualité... dommage.