INCANTATION - Blasphemous cremation - 2008 / 1991 (Necroharmonic)

Tracklisting:
1. Rotting Spiritual Embodiment
2. Blasphemous Cremation
3. Godsend
4. Profanation
5. Christening the Afterbirth
6. Eternal Torture

Incantation nous refait le coup du « Upon the throne of apocalypse » qui n'était autre qu'un rough mix de l'excellent « Mortal Throne of Nazarene » à la track list inversée mais cette fois-ci pour leur premier album.

Je ne m'étendrais que peu, je vous renvoie à la chronique de leur album sur le site, sur le style de Incantation. Pourvoyeur d'un death assez unique et surtout cryptique, la musique que délivre Incantation est sombre et horrifique. Unholy death metal est une étiquette qui sied parfaitement à ce death épais à tendance doom écrasant, vous raclant parfois les oreilles avec les harmoniques du pere Mac Entee, vous écrasant dans des débauches de rapidité grotesque, le tout servant de toile aux blasphemes délivrés par monsieur Pillard. Bref le death des débuts d'Incantation est moche, ultime et véhicule une vraie aura !

Est-ce une raison suffisante pour acquérir cette objet qui a des allures de sortie pour fans collectioneurs ? Je réponds oui et des deux mains (?!!!). Ce trop court, 6 titres, release, a un véritable interet. Là où le rough mix présenté sur « Upon The Throne Of Apocalypse » accentue l'aspect bourrin, épais et souterrain de « Mortal Throne of Nazarene » en faisant perdre un peu de clarté, ce rough mix là n'a pas ce dernier coté. De là, nous sommes donc en présence de versions encore plus épaisses et caverneuses de 6 titres de « Onward to golgotha ». La batterie perd ce son particulier. Les parties doom sont encore plus dantesques. On retrouve plus ce coté cryptique de certaines démos de death fin 80's début 90's, mais sans les mauvais cotés de productions hasardeuses.

Plus sombre et puissant, ces versions rendent les tout premiers méfaits d'Incantation encore plus ultimes ! Le seul défaut : que tous les titres de « Onward to... » ne soit pas présent. Qu'aurait donné un bon gros « Immortal Cessation » ! C'est dommage car j'aurais alors pu conseillé à ceux qui ne connaissait pas le groupe d'acquérir d'abord ce release, encore plus jouissif, plutôt que « Onward to... »...