IMPURITY - Of lust and war - 2007 (Butchered records)

Tracklisting:
1. Rise of the Merciless (Instrumental)
2. Of Lust and War
3. Prayer to the Eidolon
4. Into the Crypt (Instrumental)
5. Beneath the Ashen Grave
6. Eve of the Nine Kings
7. The Demon's Harvest
8. Vice and Virtue (Instrumental)
9. The Algid Heath
10. The Awakening of Kumbhakarna
11. Scourge of the Reviler
12. Epilogue (Instrumental)

10/20

J'attendais avec impatience ce premier album des floridiens après avoir fortement apprécié le premier mini cd sorti sur l'excellent label Nuclear Winter (tenu par le leader des tout aussi excellents Dead Congregation).

Autant le dire de suite, j'ai été déçu. J'ai du mal à décrire ce qui cloche, la recette n'étant pas si différente que sur le premier mini cd. Mais le groupe en gagnant en précision et en professionnalisme semble avoir perdu de son esprit. On ne trouve pas de titres de l'acabit d'un « Masked In Bloodfall « par exemple. Impurity n'essaie pour autant pas d'en faire trop, rien à voir avec une démo technique. Le groupe base toujours son style sur les ambiances et pas une technique stérile. Mais là où le premier release arrivait à poser un esprit et des passages prenants, il y a ici, je trouve, trop de références mal digérées et délivrées telle quelles (une régression quoi !). Par exemple, quand le groupe enchaine sur « Prayer... » un riff lourdingue tout droit issu de Immolation avec le chorus de gratte qui va avec puis la petite accélération avec changement de tonalité à la Nile. Quelques plans rappelant Covenant de Morbid Angel : gros accords lents, légèrement dissonants avec blast derrières. Comme par hasard, cet album a été produit au Diet Of Worms. On retrouve les riffs un peu tarabiscotés du groupe mais je trouve qu'il en complexifie un peu trop certains leur faisant perdre en impact et fluidité. C'est vraiment dommage surtout après le mncd chroniqué par ailleurs sur TSOTL.

Les instrumentaux sont un peu light voir ballot en fin d'album alors qu'ils auraient pu apporter au coté conceptuel de l'album. Les voix sonnent un peu synthétiques et retouchées en studio. Elles contribuent à donner un petit coté impersonnel qui casse un peu le travail fait pour délivrer les textes. Coté gratte, on reste puissant et dans la lignée de la sortie précédente mais on perd les variations parfois apportées par une seconde ligne à cause du mix.

Tout n'est pas à jeter loin de là mais autant être honnête, je n'écouterais pas ce cd autant que le mini cd... voir pas du tout après cette chro. Voilà qui achève une chronique un peu bizarre, mi figue mi raisin sans doute du au fait que je n'arrive pas à transcrire clairement ce qui cloche pour moi. Le fait que le tout ait été enregistré sur 2 ans avec des changements de line up ne doit pas y être pour rien.