ILLDISPOSED - Four depressive seasons - 1993 ( Progress )

Tracklisting:
1. Forbidden Summer Poetry
2. Reversed
3. Weeping Souls Of Autumn Desires
4. Life Equals Zero (A Love Song)
5. A Deathwork Orange... The Winter Of Our Discontempt
6. Wardance Of The Technocracy
7. Never Ceasing Melancholic Spring
8. Inherit The Wind
9. With The Lost Souls On Our Side

15/20

Bon le Danemark n'est pas connu pour ses groupes impérissables, sur la masse locale peu de groupes sont sortis du lot soit par manque de qualité soit par une fainéantise assez caractéristique. En dehors de conneries à la Pretty Maids, on a Artillery. Plus recemment on parle un peu de Victimizer, sympa mais pas immortel, tout comme les gentillets Church Bizarre ou Corpus Mortale et aussi les anciens du Denial Of God. De là Illdisposed est un peu LE groupe danois...Invocator était sympa mais plus thrash à une époque ou ça ne pardonnait plus. Konkhra... mouais bof... trop pro, trop propre. Bref le pays des Dominus, Detest, Grope et autres Exmortem ou Iniquity...pas vraiment bandant ! De là dire que Illdisposed est LE groupe Danois n'est pas forcément flatteur. Mais passons à l'objet du délit.

De suite on note l'épaisseur du style, guitares grassouilles bien downtunées, saturation légèrement suédoise... bref bonne impact. L'épaisseur du tout est accentué par le growl profond du « subwoofer ». Loin des gimmicks actuels ridicules du brutal death son rendu est puissant.

Si le groupe était présenté et reste dans les mémoires comme bien brutal, il offre plus que ça. Là encore gros son (pas trop propre), grosses voix, passages ecrasants et hop une etiquette est collée. Si la puissance est de mise chez Illdisposed, le tout reste intelligible et varié, notament grace à des solis souvent bien sentis rajoutant une touche de feeling. On a meme un léger recours aux mélodies, rappelant un peu la Suéde old school,une ou 2 fois des claviers brefs, on a meme une voix féminine. Le tout est toujours discret et bien amené... diversité et cohésion donc sur ce release évitant ainsi la linéarité. Le groupe bastonne quand meme option lourdingue et je me réjouis à chaque fois du « with the lost souls on our side » et son intro basse cour (oui oui les poules et les chevres). Un bien violent et cru... avec un coté macabre et menaçant.

Par contre, j'ai beau aimer cet album, leur album de référence, « Submit », certes sympa ne m'a pas laissé une impression monstrueuse, le son étant devenu un peu trop propre et j'ai un mauvais souvenir d'échanges de grattes et de plans un peu trop mélo/pompeux/metoole pour moi. Bref moins d'aspérités que sur Four Depressive Seasons... mais je vous invite à aller lire la chronique de "Prestige" l'album 2008 du groupe pour assister à un fabuleux developpement de ce que je pense de ce groupe.