Eviscium - Underneath the buried - 2003 (Still dead prod)

Tracklisting:
1. Buzzard feeding frenzy
2. underneath the buried
3. Relapse into darkness
4. Cannibal jihad
5. Ribspreader
6. Unmarked grave

11/20

Voici donc les successeurs de Rottrevore. Je ne sais pas si certains d'entre vous se rappellent de ce groupe US, un peu de seconde zone, monté en 1989, et sorte de réponse US au death lourdingue nord européen. Bref après un seul album, Iniquity sorti chez Drowned (l'ancien label de Dave Rotten), et quelques démos plutôt sympathiques, le groupe a gentillement disparu sans faire de bruit. Tout sympathique et heavy qu'ait été leur death metal, en 1992 il leur a été dur de subsister.

En 2001 Mark Mastro, la voix brutale et la guitare de Rottrevore se remet à composer avec l'autre gratteux de Rottrevore. Ils recrutent Sharon (ex Dekerta) et zou une démo en 2002, reprise ici, 3 nouveaux titres et hop voici l'objet du délit.

On retrouve un son de gratte bien downtuné mais arrachant les oreilles, un pur produit issu des limbes du temps option tronçonneuse. Ce n'est pas déplaisant et contribue à la bonne vieille ambiance démo tape cryptique qui régne parfois sur le disque. Mark Mastro n'a rien perdu de sa voix caverneuse, qui ne déplaira pas au amateur de brutal death. Le penchant pour la lourdeur de Rottrevore est de mise. On parle ici de death brutal mais pas de brutal death. Aucune mélodie, juste du gros riff qui bave. Les seules différences avec Rottrevore résident l'absence de soli, l'utilisation d'une seconde voix de temps en temps et surtout une production un peu plus heureuse mais restant crassouille. En fait le style est quand même moins doomy. Les gars essaient de placer quelques tricks pour captiver l'attention. Mais là où Rottrevore prenait, Eviscium s'avere pour moi plutôt plat malgré quelques plans grassouillets satisfaisant mon amour du death metal groovant comme un gros bulldozer rouillé. Il n'y a pourtant pas de grande différences... quoique Rottrevore avait plus cette ambiance cryptique que je mentionnais.

Voilà, un disque ni bon ni mauvais, une certaine ambiance propre au style y règne mais autant écouter Rottrevore, même si moins bien produit, ou dans un style un tout petit peu différent Funebrarum voir Funerus. Par contre il faut savoir que ce genre de truc s'apprécie en plusieurs écoutes, non que ce soit complexe à comprendre loin de là, mais il faut le temps de se laisser envahir. Ce genre de release peut trouver son public en ces temps de brutal death et de course à la performance. Le revival old skewl peut jouer en la faveur de cet album mais si on se place dans l'absolu, rien de bien transcendental. Ca reste quand même à écouter pour les plus jeunes afin d'entendre une autre façon d'être brutal. Quant à moi, je m'en retourne à l'écoute du cd compil de démos "Disembodied" de Rottrevore qu'a declenché l'écriture de cette review.