Eternal darkness - Total darkness - 2006 (Necroharmonic/Morbid Wrath/Temple Of Darkness)

Tracklisting:
(Ceremony of doom demo 1990)
1. Intro
2. Ceremony of Doom
3. Zombie Feast
4. Paradise of Eternal Darkness

(Suffering demo 1991)
5. Intro
6. Suffering
7. Serve and Obey
8. Ancient Ones

(Doomed single 1992)
9. Psychopath
10. Doomed

(unreleased version)
11. Ceremony of Doom

(Twiligth in the wilderness/unrealeased album 1992)
12. Psychopath
13. Despair
14. Twilight in the Wilderness
15. That Day Will Come
16. A Pleasant Surprise
17. The Island (Of Fear)

13/20

Après la sympathique réédition de démo de Rottrevore, Necroharmonic ne pouvoit que nous ressortir, comme c’est la mode en ce moment, les Suédois de Eternal Darkness (ne pas confondre avec les gotho pouffes franco belges). Notez que Morbid Wrath records le label de Daryl Kahan de Abazagorath et des excellents Funebrarum, à l’origine de la reformation de Interment, est de la partie. Nos compéres s'étaient deja fait la main ensemble en réeditant du Gorement. La sortie vynil est sorti chez le label espagnol Temple Of Darkness qui ne devrait pas tarder à ressortir le « Dances Fom Left » de Mordicus. On est entre vieux fans !

Le concept est simple : on reprend toutes les démos et surtout l’album non sorti de 1992 et on met ça sur un album. Ce n’est pas moi, qui ai grandi dans le death du début des 90’s qui va cracher sur ces initiatives. D’autant plus que les sorties actuelles me broute plus souvent le fion qu’autre chose. Par contre, il ne fait pas tomber dans l’écueil consitant à rendre culte tout ce qui est vieux comme le fait le label espagnol dans sa promo. Le death a su vivre sans Eternal Darkness même si on peut regretter le manque d’exposition du death doom à la Finlandaise et la non sortie d’un album.

Ces derniers pratiquent un death à tendance finlandaises donc forcement morbide et lourd. Le style est resolument monolithique mais transpire de ce feeling ancient si particulier. La distorsion est généreuse, le style bien dans les basses et on comprend aisement pourquoi un gars de Funebrarum reedite cette musique. N’attendez pas de parties rapides... les jeunes suédois (très proche de la Finlande géographiqment et dans leur noms) martelent un death lent plutôt constant (même si ils nous font peur avec l’intro mielleuse de la démo « Suffering » ou les plus mellow difiants « twiligth in the wilderness » ou « The Island of fear »). En entendant l’intro de « Ancient Ones » on ne peut que, comme souvent, se rappeler de l’influence de Autopsy sur le death nordique.

Pour la petite histoire ce groupe est un de ceux qui se sont fait niquer par Necropolis record qui a tout simplement planté la sortie du premier album repoussé encore et encore et finalement annulé suite au meurte d’un gratteux en 1995. Justice est rendue ici avec l’exhumation des bandes de cet album de 1992. Le batteur du groupe est ensuite parti formé The Black avec Notveidt de Dissection et ensuite Karjalan Sissit dans un style différent. Un des gratteux était parti en cours de route chez les plus ambitieux Crypt Of Kerberos (après l’étape Macrodex).

Même si j’ai passé un bon moment à me replonger dans ce death gras monolithique et ancient, je ne peux me fendre d’un note trop bonne dans l’absolu car quand bien même on ait droit à certains morceaux de bravoure comme « Psychopath » les 74 minutes de ce style monolithique paraissent bien longues. Les amateurs de Funebrarum, de death finlandais à la Abhorrence ou de de doom primitif à tendance death metal ou de God Macabre se regaleront. J’en suis... vous êtes prévenu... m'enfin... je doute que cela interesse grand monde de nos jours...