DRAGONFORCE - Ultra beatdown - 2008 (Roadrunner)

Tracklisting:
RAB

0 / 20

Il m'arrive par certaines nuits sans sommeil de me demander ce qui se passe au dessus de l'abri anti-atomique dans lequel je me suis volontairement exilé, depuis que la surface terrestre a été envahie par une horde de zombies ayant la bizarre manie de se faire passer pour des musicologues, avides non pas de chair fraîche mais de démontrer indéfiniment l'étendue de leur connerie sur le net... Parfois donc je décide d'émerger de la déchirure spatio-temporelle qui me sépare de mes cons mais néanmoins temporains, pour aller jeter une noreille sur ce qui se fait en 2008, côté "overground" comme vous l'aurez compris.

Pourquoi chroniquer un album de power metal mélodico-technique sur TSOTL ? Pour montrer encore une fois à quel point l'actualité, qu'on nous "reproche" parfois de négliger, peut n'avoir d'actuelle que le nom, parfois. Bien que totalement insignifiant aussi bien pour le lecteur de TSOTL que pour son chroniqueur, Dragonforce représente un exemple idéal de la stagnation et de la non-créativité qui sévit dans la scène metal depuis maintenant des années. Pour tout dire, je ne savais même pas qu'il existait encore en 2008 des groupes de power metal mélodique en dehors de quelques vétérans genre Agent Steel. Pire encore, Dragonforce aurait vendu 300.000 exemplaires de son précédent album, illustrant bien là le flagrant manque de goût caractéristique de tout une frange de la populace métalleuse. Ce style de metal a connu son heure de gloire il y a dix ans, on s'en souvient douloureusement, et dix piges après où en est il ? Exactement au même point, avec juste quelques toiles d'araignée et quelques kilos de poussière en plus. Même production absolument abominable (plus plastifiée qu'une capote et probablement plus retouchée que le faciès de Mickael Jackson), même soli de claviers et de guitare particulièrement démonstratifs et pénibles, même rythmiques, mêmes riffs entendus des billiardions de fois, même... j'arrête là vous avez compris. Plus générique que le viagra vendu dans les spams qui infectent vos boîtes mail... Spam. C'est le mot. C'est du spam musical. Dragonforce n'est pas plus mauvais, ni plus immobiliste que les autres bouffons qui évoluent dans ce sous-courant, mais en tant que hype du moment, c'est eux qui prendront pour tous les autres. Voulez vous vraiment supprimer ce spam ? Click !

Tout ça pour dire que les vieux réacs' sont pas forcément ceux qu'on pense. Septembre 08, les premiers froids se pointent après un été sans soleil, je retourne hiberner...