DIABOLIC FORCE - old school attack / prisoner of wickedness - 2003 / 2002

Tracklisting:
1. Diabolic Force
2. Old School Attack
3. Absolute Cruelty
4. Nuclear Beast
5. Preacher Of Hell
6. Prisoner Of Wickedness
7. Absolute Cruelty
8. The Circle
9. Satan's Soldiers
10. Massacra (une cover évidement !)

12/20 / 9/20

C'est marrant cette propension de l'amérique du sud (ici le brésil) à pondre des combos tout droit issus des limbes du temps. Contrairement au revival des bobos européens genre « t'as vu je suis trop vintage chéri », on dirait VRAIMENT que Diabolic Force vient des années 80... tu fermes les yeux, on ne te dit rien du groupe et là tu te dis « ça vient des 80's ! ». Cela en fait-il un gage de qualité ? Dans l'absolu certes non mais après ça peut etre bien fait... un bon titre est un bon titre ! (« preacher of hell » et ses rales d'agonie rrraaaahhhh). On est en plein Hellhammer, Venom et Sodom (2ers albums) et un léger coté métal genre premier Iron Maiden. Du thrash primaire old school tendance sombre... ultra basique. Bref le genre de truc qui s'écoute en picolant gentillement quelques biéres (à la votre au fait), sans prétention et qui doit donner en concert.

Bon le truc c'est qu'en fait c'est un EP et une rehearsal qui sont ici compilés, les 5 premiers titres dépotant pas mal (le EP « old school attack »). Les autres sont moins bons, les solis notamment... comme c'est une rehearsal, le rendu sauve un peu certains passages... sauf un « Satan's soldier » bien trop guilleret genre « fete de la biere heavy metal ».

Le groupe a splitté et vous trouverez des membres chez Atomic Roar, Farscape (beaucoup plus thrashy) et Sodomizer (plus thrash aussi, moins sombre que Diabolic Force mais plus que Farscape et Atomic Roar... tous ces groupes étant aussi peu originaux les uns que les autres). En tout cas les bas de plafonds amateurs de petits moustachus en short en cuir de No Colours m'ont surpris en ressortant ces 2 démos.

Allez zou... je me remets un « preacher of hell » pour finir ma biére que j'avais ouverte pour accompagner la fin du disque et je leve mon verre en l'honneur des brésiliens !