Depravity - Demo 1 (1991) / Galvanizer (1991) / Remasquerade (1992) / Phantasmagoria (1993) / Silence of the centuries (1993) (Adipocere)









Tracklisting:
Demo 1
1. The Harnessed Dice
2. Sceptic Attitudes
3. The Figtree
4. Injourtable Emphasis
5. Infernal Supremacy
6. Sceptre of Oppression

Galvanizer :
1. The better be descended
2. Castrated
3. On arriving home...
4 Obsessed by reality (instrumental)
5. Galvanizer
6. Creatures of the night (kiss cover)

Remasquerade :
1. Remasquerade
2. The Better be descended
3. In death's embrace
4. Undone

Phantasmagoria :
1. Phantasmagoria
2. Sleepy Oceans

Silence of the centuries :
1. Silence Of The Centuries
2. Sleepy Ocean
3.Remasquerade
4. Phantasmagoria
5.Vacuum Of Thoughts

8/20 / 10/20 / 13/20 / 14/20 / 14/20

La encore c'est en mode vieux rabat joie que je vous livre ces chroniques. En pleine écoute des jeunes Finlandais d'Ascended, pensant à ces reprises de Abbhorrence (fin) par Stench of decay (dont je venais de me taper la démo) et Funebrarum que j'ai ressorti ma cassette de "Phantasmagoria" et mon cd « Silence of Centuries » des sympathiques Depravity. Bah ouais...
De super artwork à chaque fois, sauf sur le mini cd, encore que celui-ci reflète bien la musique.

La 1ere démo de 1991 est à oublier, très standard, elle venait gonfler la marée noire de démo death d'une scène déjà saturée, on l'oublie souvent aujourd'hui. Dégageant tout de même un bon feeling death metal à l'ancienne (normal me direz-vous) il en fallait plus pour marquer les esprits. Elle a son lot de bons plans, mais quelle démo n'en avait pas ? A partir de « Figtree » et son orientation presque beumeuh, la démo annonce un peu le futur Depravity, en ce sens qu'on sent plus la recherche d'ambiance que la débauche de brutalité, toute relative. Mais bon, ces compos trop communes, le vocaliste manquant de coffre n'en font une démo culte... et encore moins indispensable.

Galvanizer, 2eme démo, sortie la même année, voit le groupe bénéficier d'un son de gratte moins heureux mais s'éloigner de ce coté martelant de la première démo pour s'orienter vers un style plus sombre. Depravity expérimente un peu plus via adjonction de clavier, arpège, solo et voix claires sur un titre. Rien de transcendant, je ne prétends pas à la démo originale, la maladresse est de mise. Les riffs des parties rapides confinent plus au beumeuh. On passe sous silence la cover de Kiss.

Le ep Remasquerade de 1992 voit enfin le groupe avec son style. Depravity dépouille un peu sa musique et s'avère bien plus efficace. Le titre « The better be descended », déjà présent sur la démo précédente, est mieux exécuté et servi par un bien meilleur son. Les autres fixent presque le style final de Depravity. Sauf le dernier titre, « Undone » qui est la composition la plus impersonnelle du release, sans pour autant être ratée.

Sur la tape « phantasmagoria », le changement est parachevé, le son bien meilleur (il ne changera pas ensuite). On sent les influences Edge Of Sanity (du 1er album forcément) sur certains riffs rapides et le son.

Rentrant en studio pour réenregistrer les 2 titres de Phantasmagoria et y ajouter 3 nouveaux titres, Depravity livre en 1993 le mini cd « silence of centuries » chez Adipocere. Froid et morbide le death des Finlandais, sans être unique, porte en lui cette saveur morbide typiquement Finlandaise alliée à quelque chose de plus élaboré de par les guitares. Le coté mélodique touche un peu plus au Suédois et s'avère moins barbare, plus atmosphérique, que chez certains congénères. On pense aussi à la Suède pour le son de gratte béton et saturé même si on est loin d'Entombed. Dernier point de comparaison, Demigod, sans les parties bateaux, bref pour les parties lentes et morbides. Par contre, je regrette toujours une batterie trop linéaire et un manque d'arrangements coté guitare qui aurait pu rendre ce mini cd dantesque. Mais bon... il n'en reste pas moins de bon titres à la « Vacuum of thougths ». Bien caverneuse, dans la tradition, la voix est assez plate.

Au final, « Silence of centuries » est la production la plus aboutie de la trop maigre discographie de ce groupe. Je vous encourage donc vivement à jeter une oreille là dessus, plutôt que de vous perdre dans des jeunes groupes, aux intentions et au style certes louable, mais relevant du pur revival. Par ailleurs je préfère Depravity qui est bien plus personnel que Demigod, Adramelech (assez semblable à demigod en fait... en plus moyen), Convulse (plus brutal, assez suédois et assez dispensable finalement)... toujours est-il que Depravity n'a pas ce coté necro ou brutal que certains de ses congénères avait (carnifex, abbhorrence, les démos de Funebre). Son death était plus doomy atmosphérique, dans le bon sens du terme. J'en entends certains brandir le Purtenance de l'album, non pas exactement mais un peu. Funebre... Encore moins... mais arrêtons là le name dropping.

Plutôt que de vous pignoler sur la nouvelle démo de ces nouvelles hordes poussant le revival jusqu'à se saper comme à l'époque, penchez vous donc sur le passé surtout si vous ne connaissez pas Mordicus (autre truc à parts, bon album), Depravity, Demigod, Demilich, Funebre, Purtenance, abbhorrence... d'autant plus que des démos, aux sons brutaux, sont facilement trouvables sur le web et que certaines sont des monuments.