DEIPHAGO - Satanik Aeon - 2006 ( Morbid moon )

« Satanik Aeon » frappe assez fort. La « musique » est dominée par le vrombissement des guitares, délivrant parfois des « riffs » identifiables, et la voix de Voltaire 666. Ce dernier est immédiatement identifiable grâce à cette petite disto sur sa voix sèche et ce tic d’inspirer bruyamment avant de délivrer chaque ligne (d’une seule et même manière). Intense, pour sur, V666 sonne psychotique… mais gonflant à la longue. Coté riffs, sincèrement c’est difficilement discernable, disons que c’est un tapis de grattes vrombissantes, couvertes de blasts ponctués de coup de cymbales (qui permettent au passage de deviner quelques riffs). Je ne sais pas ce qu’ils ont fait à la gratte mais le surplus de disto et cette façon crade de jouer qu’à Sidapa donne cette impression de gloubi boulga permanent. Trop peu de passages mémorables pour différencier quoi que ce soit… en dehors d’une mise en place parfois hasardeuse. Si l’album démarre fort et a un coté jouissif, on s’enfonce vite dans le barrage sonore sans queue ni tête… pour finir l’attaque thermonucléaire sur un « death to everything » bien nommé… Rappelant Beherit de par une approche de production intense et crade, Conqueror par un coté ultime et implacable, Deiphago est réellement extrême… une sorte de version barbare du 1er Bestial Warlust (si si je vous jure). A tel point que cela confine juste au grand n’importe quoi… absurde… l’agression pure. Quand vous voyez un groupe proclamant jouer du « bestial death noise », en général vous trouvez ça mou. Deiphago par contre correspond très exactement à cette description. Du coup malgré cette review, je trouve une certaine valeur dans ce release et dans en temps par tranche de 5 voir 10 minutes ça fait du bien. Par contre, j’en profite pour toucher un mot du second album « flipino antichrist ». Pas différent sur le papier, cet album est juste moisi. La batterie, sonnant comme une boite à rythme foireuse, est bien plus en avant, notamment coté cymbales, tout comme la voix. Du coup c’est juste inaudible pour moi… ultra horripilant… à éviter… y a-t-il des riffs ? Le batteur utilise t-il un service de vaisselle en guise de cymbale ? Une marque d’aspirine devrait-elle les sponsoriser ? Trop de questions métaphysiques pour moi…