Defeated Sanity - Chapter of repugnance - 2010 - ( willowtip)

Tracklisting:
1.Introitus
2. Consumed by repugnance
3. Carnal deliverance
4. Salacious affinity
5. Engulfed in excruciation
6. Coerced into idolatry
7. Blissfully exsanguinated
8. Calculated barbarity
9. Lurid Assimilation

13/20



Grosso modo, Defeated Sanity avait attiré mon attention avec 2 album prometteurs, certes 100% brutal death option technique, mais avec une touche de groove, de personnalité et quelques ambiances dantesques. Je vous invite à relire les chroniques des 2 albums sur le site. Pour autant le promo qui a suivi leur 2nd album m'avait fait un peu peur.le groupe semblait achever de tomber, comme tous ses congénères, dans le concours de grosses bites ou du moins dans une volonté de « dominer la scène ».

Exit Wolfgang Teske, le pater de Lille Gruber à la gratte, et Jens à la voix. Pour ce second ce n'est pas une grosse perte car je préférais le vocaliste du 1er album, un peu moins cliché brutal death. Bon le truc c'est que DS a pris l'ancien vocaliste de Disgorge (US) sur « consume the forsaken ».genre le gars culte dans la scène brutal death mais qui est une des raisons pour lesquels je n'ai jamais accroché à Disgorge. En même temps ce groupe est peut être LA référence brutal death avec « Consume The Forsaken », album qui serait d'ailleurs un bon point de comparaison avec ce « chapter of repugnance ».

DS garde le son puissant de « psalms of the moribund », chargé de basse, plutôt sauvage du meilleur effet pour faire trembler la terre. En fait on retrouve tous les attributs du second album, technique mais accrocheur. A ceci près que tout est plus classique et sans surprise. Je dirais même que les quelques breaks un peu barrés font moins bonne figures qu'avant, genre « passage obligé marque de fabrique defeated sanity ». DS a donc trouvé son style sur le 2nd album et s'y tient sur ce 3eme release. Bref siégeant sur le trône de la scène brutal death après un « psalms of the moribund », DS applique sa recette, sur de son succès. Bon si on veut chipoter, la basse est plus audible, ça en vaut la peine mais c'est bien la seule différence (en dehors d'un petit coté fou en moins).

DS est donc une sorte de synthèse, plutôt réussie, du brutal death sans les cotés slam core pourrave (enmity, heinous killing, devourment.) ou trop technique. Des compos relativement variées et un minimum d'ambiance. Bref du brutal death qui mérité d'être dans la case death metal à mes yeux dans le sens ou leur musique a vaguement un sens. I.e c'est un bon compromis entre brutalité et technique par rapport au reste de la scène brutal death. N'en reste pas moins que comme nous l'avions souligné, DS rentre dans un carcan et déçoit un peu dans la mesure où il y avait clairement des velléités réussies d'avoir sa propre patte sur les 2 premiers albums. Bref cet album n'apporte rien à Defeated Sanity musicalement mais permet d'assoir, c'est mérité, sa réputation dans la scène. Après la « hype » qu'il y a autour d'eux leur permettra peut être de sortir quelques albums identiques qui seront tous acclamés. Un album pas raté loin de là mais un peu bateau par rapport au potentiel des gars...après ça reste un des rares groupes de brutal death que je peux écouter sans rigoler ou m'endormir...

Mais je le répete, le groupe a les moyens de faire plus et mieux...à condition de sortir du carcan qu'il s'impose.