DEFEATED SANITY - Prelude to the tragedy - 2004 (Grindethic records)

Tracklisting:
1. Liquifying Cerebral Hemispheres
2. Drifting Further
3. The Parasite
4. Horrid Decompostion
5. Tortured Existence
6. Apocalypse of Filth/Collapsing Human Failures
7. Remnants of The Dead
8. Prelude To The Tragedy

14/20

Fers de lance du jeune label rosbif Grindethic, les germains de DS proposent sur ce 1er album un brutal death de haute volée tel qu'on en avait pas entendu depuis, heu... le début de la décennie peut être ? Grindethic aura eu le nez creux là où Unique Leader nous a tellement assommé avec des releases interchangeables qu'on a renoncé depuis une paye. Revenons à DS et à ce skeud assez passionnant dont la production fleure bon le local de répète amélioré, surtout au niveau de la batterie et de la basse. Ne vous fiez pas aux apparences, la prod maison a ses avantages, le moins négligeable étant la garantie d'un minimum d'authenticité. DS a du bol puisque ça n'entame en rien l'agressivité du son.

Le son des grattes est très intense et n'a rien à envier aux pires rejetons du br00tal death amerloque, de plus contrairement à ces derniers DS peut revendiquer une musicalité et un songwritting. Très influencé par Suffocation période Pierced From Within, le groupe actualise le classique avec un jeu plus agressif et rapide, un growl plus profond mais malheureusement plus impersonnel aussi, et une écriture plus condensée qui comporte peu ou pas de temps morts. Ce recentrage vers l'efficacité brute ne se fait pas au détriment du feeling et DS hérite de son modèle un sens du riff brutal qui tue sa race et la tienne. Par rapport à PFW, je trouve même qu'ici tout est plus fluide d'une certaine manière, probablement parce qu'il y a beaucoup moins de breaks. Les compos n'ont rien d'une suite de riffs atonaux interchangeables saupoudrés de blasts automatiques. On sent une progression au sein des titres, une dynamique.

Tableau idyllique ? Pas tout à fait. Au chapitre des doléances, on dira que le groupe n'évite pas les clichés du genre avec des mosh parts dispensables et entendus mille fois ailleurs. Les soli auraient mérité un meilleur traitement, on a parfois du mal à les distinguer du mur de rythmique (envie d'être aussi chiant que les ricains et les hollandais ? je peux/veux pas y croire). Ces quelques fautes de goûts n'enlèvent rien au talent du groupe, qui fait preuve d'un sens des arrangements astucieux inconnu dans ce style (voir l'excellent "Tortured Existence"). Seul vrai bémol, une perte de tension vers la fin de l'album : la qualité de composition s'émousse pour laisser s'installer une platitude malvenue, peut être s'agit-il de morceaux plus anciens casés en fin d'album pour pallier un manque de compos... une pathologie fréquente chez les groupes qui débutent. Nevermind, ces mecs sont sérieux (à l'image de leur lyrics), en veulent et on les moyens d'y arriver. Prometteur.