CONVULSE - World without God - 1992

Avec « World Without God » sorti en 1992, Convulse est à ranger dans la même case que Demigod ou Purtenance, c’est à dire la partie de la scène peut-être la moins personnelle, et la plus brutale (si on excepte les débuts grind de Xysma ou le death blackisant (chiant) d’un Mythos ou Belial). Mais autant Purtenance et Demigod font mouche et savent poser une ambiance, autant Convulse est bien trop inégal et peu inspiré pour moi. Assez marqué suédois, évidement lourdingue et dans les basses, Convulse est très impersonnel. Pas assez cryptique, il ne reste plus qu’une série de riffs simplistes enchainés pour mon plus grand ennui. Le travail de chorus à la seconde guitare illustre bien le manque de suite dans les idées et ne relève pas le niveau loin de là. Bref Grave et son premier release broie Convulse en long en large et en travers. Purtenance s'avère aussi brutal mais plus varié et morbide. Bon soyons sympa, un titre comme « Blasphemous Verses » est bien fait et le groupe réussi à poser ce truc dantesque… mais à par ça... Mentionnons le retour de Convulse en 1994 avec un 2eme mauvais album carrément mélodique et death n’roll. Convulse achève pour moi de démontrer un manque total de personnalité et de cohérence avec cet album vraiment pourri façon « sautons dans le wagon death n’ roll puisque le death bas de plafond n’a pas marché » ! Suite au bide, changement de nom en pornophans avec ajout d’une voix féminine pour se lancer dans un délire à la Genitorturers façon gentillette (avec les mêmes tenues que cette vieille tata décatie fan d’EBM qu’est devenue David Vincent, pardon Evil D). Pouark...tout ceci en dit long sur ce groupe…