CAULDRON BLACK RAM - The Poisoner Maxi-ep - 2011 ( Absymal Sounds )

Track Listing :

1. The Poisoner
2.Corpse Chariot
3. Beast in the brass
4. Infernal Interjections

--

CBR nous pond un ici petit ep 4 titres avant de s'attaquer à son 3eme album. Etant donné la qualité des premiers releases, mon appréciation se portant surtout sur le second album, chroniqué par ailleurs dans nos pages), je me suis jeté sur cet ep de l'infernal trio australien.

Toujours dans la même veine et servi par ce son épais et thrashy à la fois, CBR ne change pas sa recette protéiforme reposant sur un bon songwriting. On remarquera une propension plus marqué vers la lourdeur (n'espérez pas un « seadog assassins »). Si cet ep est bien composé j'ai par contre trouvé qu'il manquait parfois une flamme et que tout ceci avait un coté statique. Le refrain du premier titre, par exemple, est un peu téléphoné comparé au 2 premiers ep pour lesquels l'adjectif "personnel" s'appliquait sans aucun doute. « Beast in the brass » ne surprend pas non plus, on ne retrouve pas ce feeling bizarre qui baigne les compos du groupe (malgré des vocalistes comme toujours en grande forme). Certes c'est léché et bien amené mais il manque une certaine outrance. Oui la partie lente est bien faite et repose sur cette lourdeur lascive un peu typique du groupe mais couplets et refrains sont trop entendus. Bref, là où on pouvait se prendre un coup de couteau dans le dos sur les 1ers eps du groupe, on navigue moins stressé avec cet ep. Attention, tout ceci reste de bonne facture et des titres comme « Corpse Chariot » ou « Infernal Interjections », bien heavy, distillant ce feeling sombre propre au death metal de CBR (et aussi ses rythmes syncopés), sont réussis (« Corpse Chariot » est bien rampant et décadent).

Le verdict donc, 50/50 comparé à « Slubberdugellion » si on prend les titres séparément. Du coup, je conseillerais donc plutôt « Slubberdugellion » puis le 1er ep pour vous essayer à CBR. N'en reste pas moins un ep sympa, mes commentaires étant relatif aux autres sorties du groupes, et qui a tourné en boucle chez moi.