BURNING WITCH - Crippled Lucifer - 1998 (Southern lord)

Tracklisting:
1. Warning Signs
2. Stillborn
3. History of hell
4. Sacred predictions
5. Country Doctor
6. Tower Place
7. Sea Hag.

16 / 20

Fondé sur les cendres de Thorr's hammer par les infâmes stephen o'malley et greg anderson, Burning Witch a vite gagné ses galons, à raison, de truc incontournable dans le doom.

Poissard et très très lourd, le son de gratte est puissant sans être caricatural. La caricature, pour moi trop présente chez un sunn o))) ou un khanate, est évitée ici bas avec brio. C'est d'autant plus notable étant donnée l'extrémité de la chose. L'extrémité ne rime pas forcément ici avec linéarité, Burning Witch prenant soin de varier un minimum les plaisirs. Un arpège morbide, un soubresaut de groove, une simili accélération pour clôturer le génialissime « history of hell » avec un riff super entêtant, un passage « dronisant », bref Burning Witch a plus d'une corde à son arc. Attention pas de méprise, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, cela reste monolithique. Le vocaliste joue son rôle à plein avec un registre nasillard qui n'est pas sans évoquer le Ozzy de la grande époque (le prêche satanique) mais aussi une voix plus éraillée.

Bien sûr, comme dans beaucoup de musique ultime on n'évite pas complètement l'écueil de la monotonie, mais celle-ci se cantonne sur 2 morceaux, clôturant l'album (on n'échappe pas à un « do the Soma » sur Sea Hag (copyright bestial avenger)) et n'entache pas le reste des compos globalement délivrées avec une bonne paire de balloches.

Le doom metal est bien une autre façon de pactiser avec le diable, loin des clowneries thrashisantes ou black metalleuse, et Burning Witch est bien là pour le montrer. En mélangeant un groove infect, et super lourdingue, une voix parfois sabbathiennes à des instants de pures lourdeurs possédées, Burning Witch tape fort. Pas contre, je lis d'ici de là que des choses dithyrambique portant cet album au pinacle du malsain. Sans que ce soit joyeux loin de là, je trouve ces propos excessifs. Sombre pour sur, cet album mérite bien quelques chandelles mais pas un tranchage de veine. Incontournable album de doom pourquoi pas... la question de l'intemporalité de la chose se pose aussi, ça sent le solide, la référence...

A noter que la récente réedition de Crippled Lucifer est une compilation plus extensive du répertoire de Burning Witch puisqu'elle comporte 3 titre en plus.