Benediction - The Grand Leveller - 1991 (Nuclear blast)

Tracklisting:
Pas envie de taper la liste des titres... on s'en carre !

10/20

A voir la vague de revival et les réeditions parfois improbables de vieilleries on en viendrait presque à en croire que tout ce qui se faisait à l'époque fin 80's tout début 90's était bien... heureusement TOSTL veille et vous ressort cet album, interchangeable avec le 1er, au chanteur et au son un peu plus dense près... le tout motivé par la sortie prochaine d'un album apres 7 ans d'absence et un «Organised Chaos » sorti en 2001 plutôt minable... option je m'essaie au harcore miteux qui fait chuggah chuggah...

Faut pas croire en 1989, il fallait deja se sortir les doigts du cul pour marquer les esprits mais bon... être quasi seul à faire du death dans un pays ou le grind était de mise a pas mal aidé le groupe a signer sur Nuclear Blast qui, à quelques exceptions près, n'a réussi à chopper que les restes de Earache et cie. De là, quand on pensait death metal et Angleterre on pensait de suite à Benediction (Bolt Thrower faisait encore du grind tout comme Carcass). Autre point aidant, à posteriori, leur premier chanteur ne fut autre que Barney de Napalm Death.

La zique de Benediction est extremement basique ce n'est pas un mal... tous les titres sont sur le même rythme un peu poussif, la même recette, les mêmes riffs déjà moyen à l'époque. Le groupe a su pondre quelques bon titres un peu lourds mais sincerement c'est plus soporifique qu'autres choses tant on a (et c'était le cas à l'époque) l'impression d'entendre une suite de poncifs et de bête riffs thrash joués dowtuné. Et ce batteur... .une boite à rythme... La pesanteur que Benediction essaie de poser prend rarement au cours de morceaux trop longs... non ce groupe qui peut être très bon sur un titre genre « Dark Is The Season » ou « Subconscious Terror » n'aurait jamais du dépasser les frontières Anglaise, voir les limites departementales... Et encore quand on y pense le groupe n'a jamais décollé, malgré un « Transcend The Rubicon » moins chiant. La suite de la discographie en dehors de « Ashen Epitath » (soit rien de nouveau) est naze avec en point d'orgue un « Organized Chaos » tout simplement à chier par terre... une honte...

Dommage car de temps en temps Benediction sait pondre des riffs mémorables. Mais les riffs en tremolo sont bidons, on sent l'influence du Death de Leprosy parfois, en dehors de quelques plans heavy, ça ne respire pas la personnalité. Ce n'est pas un « Senile Dementia » avec un gros break baston bourrin et globalement plus énergique qui va sauver ce disque du quasi-naufrage. Ni bon ni mauvais..juste à oublier. Et ce plan minable à la « dead skin mask » de Slayer sur le dernier titre avec une voix d'enfant sauf que là ou Slayer est inquiétant, Benedition se plante lamentablement. « Born in a fever » et son faux chorus... mouais... « the grand leveller » a des passages heavy mais on subit le reste des riffs qui tournent au passage obligé. (me demande si le chorus est pas une pompe d'un riff du superbe abum « consuming impulse » de Pestilence.)

Bref mieux vaut prévenir que guérir, mais je pense que Nuclear Blast n'osera pas le faire, mais si vous voyez une réédition avec des sticker genre « cult death metal from england » ou conneries de ce genre, ne tombez pas dans le panneau. Je pense pouvoir dire sans danger qu'il faut éviter la probable bouse qu'ils vont sortir.