AMETHYSTE - Thrown Off Balance - 2006 (Thundering records)

Tracklisting:
1. World Of Perverstemptation
2. Throw Off Balance
3. Instrumental
4. I Am
5. Control The Masses
6. Modern Times Syndrom
7. A Twilight Season
8. The Self Perception Dylemna

11 / 20

Formé en 1993 à Boulogne (Pas-de-Calais) et après moult changements de patronymes, de personnel, et probablement d'orientation musicale, Amethyste transforme l'essai avec ce premier album autoproduit enregistré en 2004 et sorti chez Thundering 2 ans plus tard. C'est leur participation à la compile Obscure Infinity sortie chez Nihilistic Holocaust qui me met la puce à l'oreille avec un death rapide et sombre de facture classique mais pas inintéressante, et un son bien brut et puissant. J'ai donc été surpris à l'écoute de ce skeud par la propreté du son et le caractère un peu timide du son de batterie qui est moins mastoc que sur la démo. En fait dès les 1ères secondes du disque, le premier truc auquel cette prod m'a fait penser est celle du Gateways To Annihilation de Morbid Angel... en moins aseptisé, autoprod oblige, mais la ressemblance est quand même assez frappante. Les deux premiers titres auraient pu eux aussi figurer sur l'album de Morbid tant les riffs sont proches, avec ces harmonies en tierce mineure, ces rythmiques saccadées double/croche et cette double grosse caisse quasi permanente qu'on distingue la bas, au loin (voir pour rappel le 1er titre sur GTA). Même commentaire pour la voix et les plans de batterie calqués sur les américains... Déception donc avec cette mise en bouche qui fait franchement penser à des chutes de studio des floridiens, mais heureusement le groupe se rattrape sur la suite qui est plus intéressante. Le titre 'I Am' (rien à voir avec les marseillais, mouarf) est d'ailleurs le meilleur du lot, et de loin. La rythmique est toujours morbidienne mais les mélodies sont cette fois plus personnelles et la structure se détache de l'influence sans toutefois complètement la gommer. L'ambiance est bien palpable, on y croit, bref ça le fait. Le groupe se permet aussi une digression épique de 10 minutes sur 'Modern Times Syndrome' avec des moments atmosphériques assez prenants. Un mot sur les soli, importants dans ce style, ils sont eux aussi de facture classique mais très bien maîtrisés sans laisser de place à la démonstration inutile. Noyés dans la réverb' et le delay comme il se doit, c'est à mon avis un des seuls éléments qui permette réellement de les distinguer de leur influence principale, en plus des quelques éclairs ci-dessus dans le songwritting. En bref c'est un disque bien foutu sur la forme, techniquement le niveau de cette autoproduction est à la hauteur de n'importe quel autre groupe underground de death metal du continent et il est évident que le groupe est constitué de bons musiciens. Pour cette dernière raison et tout en restant conscient qu'il s'agit d'un premier album, je dirais que ce qui me laisse sur ma faim est en fait le fond qui a vraiment besoin d'évoluer pour la suite. Ce groupe montre des signes de potentiel mais doit en priorité se débarrasser du carcan écrasant de ses influences pour nous pondre des titres plus personnels comme ce 'I Am', s'il ne veut pas rester coincé dans la masse, quitte à laisser tomber certains plans et formules certes efficaces mais trop bien connus.